Pas encore inscrit ? | Passe oublié

Récit d'une femme népalaise...

18/02/2013 | | 1 commentaire |

Récit d'une femme népalaise...

Je ne sais pas si vous êtes au courant des manifestations en Inde suite à un viol et meurtre collectif d'une étudiante qui a bouleversé tout le pays ---> http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2012/12/23/le-viol-d-une-etudiante-en-inde-provoque-une-polemique-nationale_1809895_3216.html
Ici ça bouge, les répercutions des manifestations indiennes se sentent jusqu'au Népal (oui nous y sommes encore pour une ultime semaine avant de rejoindre l'Inde puis la France!!!) et des manifestations devant l'ambassade indienne sont la preuve que l'affaire est suivie ici aussi.
Hélas, pas assez et même si les les lois vont être modifiées, se sont les mentalités qu'il faudrait changer et d'après ce que j'ai vu, lu et écouté c'est loin de changer auprès des femmes elles-mêmes qui ont du mal à s'éloigner du carcans social.
Je parle ici au singulier car je parle en mon nom propre c'est à dire Maud, car Anton n'a pas pu accédé en direct à ce que je vais vous raconter ici...même si les femmes sont plus accessibles qu'en Inde il aura toujours du mal à se faire intégrer avec elles! Mais il approuve bien sûr mon récit! J'avais déjà remarqué en Inde que les femmes restent très fermées lorsqu'un homme est dans la pièce, les yeux vers le bas, silence et soumission, mais leur complicité entre elle est grande et dès qu'elles sont seules ça papote, ça rigole, ça taquine et ça se confie. Voici donc le récit d'une femme népalaise au quotidien, ni pire, ni meilleure qu'ailleurs dans ce pays...

Un soir alors qu'il commençait à faire froid, la femme du patron de la guest house où nous logions m'a invité à m'asseoir à côté d'elle près du feu. J'étais très surprise de cette invitation car depuis notre arrivée cette jeune femme ne nous avait jamais adressé la parole. Nous la croisions seulement en train de laver le sol, faire la lessive et crier sur sa fille...
Nous étions seules, entre nous. La discussion s'installait et j'étais surprise de son anglais très cohérent alors qu'elle ne prononçait jamais un mot d'habitude. J'appris qu'elle s'appelait Kalpana, elle a 24 ans et mère d'une petite Namrata de 4ans et demi. La confiance se créa, je racontai ma famille, le nombre de frère et soeur, s'ils sont mariés, les parents, mon boulot en Europe. J'appris rapidement qu'elle était issue d'une famille de 6 enfants. Elle rigolait et justifiait ce nombre car son père voulait 2 fils, mais il a eu 4 filles entre les deux! Elle riait en me racontant ça. Je comprenais bien que d'avoir un fils, ça signifie la retraite assurée. (c'est toujours le fils aîné qui s'occupe de ses parents lorsqu'ils sont vieux) Mais j'avais du mal à comprendre la justification du deuxième fils. Elle même a eu des difficultés à me dire pourquoi, elle m'expliqua simplement que lors de la mort du père il faut les deux fils pour porter le corps jusqu'au bûcher funéraire... Je ne sus pas trop quoi répondre à cet argument inattendu et ça me laissa perplexe. Au fur et à mesure qu'elle me parla de sa famille, je compris en réalité qu'elle s'était mariée à l'âge de 16ans à son cousin, (elle me dira juste « mon mari c'est le fils de la soeur à mon père ») En réalité son mari a perdu sa mère et comme sa famille n'avait que des garçons, elle a été marié à lui pour pouvoir leur faire à manger car il n'y avait plus de femme à la maison pour le faire. C'était donc un mariage arrangé. Anton revint, la discussion prit fin, et nous partîmes manger tous les deux...
Le jour suivant, je demandai à Kalpana si je pouvais assister à la préparation du repas pour apprendre à cuisiner le dal bat (j'ai tout bien noté pour votre cour de cuisine!). Son visage s'illumina, elle était ravie et me fixa rendez vous à 17h pour commencer! J'étais donc prête avec mon petit carnet de cuisine pour tout noter! Nous papotions et rigolions des épices, des couleurs et de la forme des légumes. Anton lui était sur le toit-lounge avec d'autres voyageurs rencontrés dans la guest house, je savais que là haut il y avait un apéro qui se préparait et ils avaient réussi à trouver du fromage et de la bière donc c'était la fête! Je préférai rester ici et prendre un peu de temps avec Kalpana. Elle aussi savait que son mari était en haut avec les voyageurs à faire la fête. Je rigolai avec elle de cet apéro improvisé mais la question fusa plus vite et plus grave que je ne l'avais imaginée... « quand ton mari boit, il te frappe? » Oups...je ne m'attendais pas à ça...J'avais du mal à répondre tellement la question me paraissait folle! Je lui répondis qu'il n'avait jamais levé la main sur moi et ça ne lui avait même jamais traversé l'esprit! Bien sur si elle me posait la question c'est que ce n'est pas la même chose pour elle... Elle me raconta donc que parfois oui, parfois ça faisait mal, parfois ça allait, que sa fille qui dormait dans leur chambre ne disait rien et se cachait dans un coin quand ça arrivait. Elle rajouta «  tu sais ici même si tu vas à la police ils ne feront rien, ils s'en foutent des femmes ». Une de ses amies passa déposer des offrandes de la puja (prière) qu'ils avait fait quelques heures auparavant. On discuta toutes les trois, elle était mariée depuis 2mois, mariage arrangé également, elle avait rencontré son mari 1 seule fois, trois mois avant le mariage. Elle trouvait que j'avais beaucoup de cernes (elles sont comme ça les népalaises, elles sont rapidement à l'aise avec toi pour te dire que tu as mauvaise mine...) elle me demanda si ce n'était pas un cocard et si mon mari ne m'avait pas frappé! (mes cernes étaient plutôt dû à la lumière de la cuisine sur ma peau très blanche et d'une digestion difficile des épinards du midi!) Ouf! Deuxième question incroyable en 1h. Je me vexai presque et assurai que mon mari ne m'avait jamais mais alors JAMAIS frappé et que si ça venait à se produire je m'en irai. Ce fût à mon tour de les laisser perplexe. Partir? Partir pour où? Mais mon mariage n'était pas arrangé...Elles m'assuraient ici qu'il valait mieux pour moi que ça soit un mariage arrangé car si c'était un mariage d'amour et que ton mari te frappait, tu ne pouvais pas te réfugier chez tes parents...
J'ai eu le souffle coupé. Voilà la 1ere raison qu'elles me donnèrent pour vivre un mariage arrangé plutôt qu'un mariage d'amour! Si elles étaient battues elles pouvaient revenir chez leur parent...triste réalité, et pour moi gros décalage de mentalité et de ressenti...j'avais envi de leur dire qu'il faut se battre justement pour arrêter la violence conjugale, les mariages arrangés et les fatalités de ce genre... Mais je leur racontai seulement que mes parents m'avaient toujours expliqué qu'il fallait gagner son propre argent pour pouvoir être indépendant et partir si nécessaire...(j'ai fait court dans mon discours mais le message passa discrètement...) sa copine Solmila rentra chez elle, et Kalpana en rajouta une couche en me racontant qu'il fallait qu'elle ait un fils. Pour l'instant ils n'avaient qu'une fille mais ils avaient « besoin » d'un fils. (c'est le terme « need » et non « want » qu'elle a employé) Elle ne souhaitait pas avoir d'autres enfants car elle avait eu trop de douleur durant la première grossesse et ne voulait pas que ça recommence mais hélas il leur fallait un fils...Elle m'apprit donc que si tu n'avait pas eu de fils durant les 10 premières années de ton mariage, ton mari pouvait se remarier et laisser tomber sa première femme...elle était mariée depuis 8ans...sans commentaire de ma part...Nous continuâmes à parler de tout et de n'importe quoi mais je glissai quelques phrases sur le féminisme et le fait que leur fille pourrait peut être travailler et les aider pour leur retraite sans forcément avoir un garçon! Un sourire se fît sur son visage mais je sentis bien que ça restait infaisable pour elle...
Troisième soir, cette fois-ci je rentrai dans la cuisine de ma propre initiative et ça lui plut. Elle était seule et attendait. Ça sentait bon dans la marmite, c'était du curry de mouton. Elle m'expliqua qu'elle attendait son mari, même s'il arrivait à pas d'heure elle devait attendre qu'il mange pour se mettre elle à table en mangeant ce qu'il restera. Sa fille avec elle crevait de faim et réussit à picorer dans la marmite. Elle me proposa un bol de curry (le meilleur de ma vie!) et j'eus le droit de manger seule devant elle. Les confidences continuèrent. Elle m'expliqua qu'elle allait à l'hôpital demain pour faire une analyse de sang...je lui demandai pourquoi. Elle avait des plaques irritées sur tout le corps. Elle me montra sur son bras, son ventre, ses chevilles et ses cheveux. Elle ne savait pas ce que c'était et le seul traitement qu'elle avait eu n'avait jamais marché. Je lui demandai si ce n'est pas une allergie mais elle pensait à autre chose...Elle me raconta alors qu'il y a 6 mois son beau-père était décédé. (J'ai cru comprendre la gangrène.) Elle m'expliqua qu'il avait été très malade et qu'elle avait dû s'occuper de lui tous les jours. Elle le lavait et il était très sale (je vous épargne les détails mais vous aurez compris), elle me raconta qu'avant qu'il soit amputé il avait des « animaux sur les jambes » et qu'elle devait nettoyer tout ça...elle pensait que ces plaques arrivaient de là...mon curry de mouton me laissa un goût amer dans la bouche...
Je n'en saurai pas plus sur Kalpana, nous partions le lendemain pour d'autres aventures...sa vie racontée en 3 soirs m'avait laissé sans voix. Je savais et ressentais déjà beaucoup cette vie difficile au féminin mais de se l'entendre raconter avec une voix si douce et son visage si radieux m'a bouleversé durant quelques jours et je pense encore souvent à elle..La plus grande difficulté de ce genre de conversation est d'accepter son récit alors qu'à l'intérieur de moi j'avais envie de faire la révolution! J'ai essayé de glisser mes propres idéaux mais il y aura toujours un fossé entre leur quotidien et mes idées d'occidentales! De plus son mari (que vous pourriez détester) a été quelqu'un de très gentil avec moi, très respectueux et compréhensible face aux voyageurs. Avoir les deux visages de cet homme m'a bouleversé car il n'est pas détestable du tout, c'est même un chouette gars intéressant, mais c'est juste un homme comme les autres qui applique les « façons de faire traditionnelles » sur les femmes, les traditions qui n'ont pas vraiment changé depuis des centaines d'années. Et même si cela a beaucoup changé depuis les année 2000 avec la révolution, à l'intérieur des foyers, il reste encore la soumission légale et souhaitable des femmes...triste rapport sur ce pays qui n'est que magie et sourire... mais qui hélas n'est pas le seul où le droit des femmes n'est toujours pas égale à celui des hommes...

 
Note : 5.00 - 2 votes



Commentaires
  • par annette 20/02/2013 Alerter

    Je bouillonne de l'intérieur... c'est trop triste...

Ajouter un commentaire


Pour ajouter un commentaire vous devez vous identifier Inscrivez-vous!

Si vous ne souhaitez pas vous connecter, mettez simplement
Votre nom Votre email :


 
15/10/2012 | | 1 commentaire

Alors vous êtes prêts?

-Alors vous partez quand ? « mardi »-Vous êtes prêts ? « presque …»Nos sacs débordent, les médocs trainent encore par terre, le choix des livres incertains, le code de carte Visa in extrémiste, le parcours a changé 15fois depuis la semaine passée!…on est presque prêts !Bien sûr, on n’oublie pas ... Lire la suite

 
20/10/2012 | Dharamsala | 3 commentaires

Le retour au début

Le retour au débutBonjour à tous,Nous commençons notre blog avec une description des 3premiers jours, rassurez-vous nous ne ferons pas comme ça à chaque fois, on écrira plutôt des anecdotes, mais bon la remise en forme mérite d’être racontée!Jour 1:Après un premier vol, une « petite » note salée de bus londonien et une ... Lire la suite

 
27/10/2012 | Dharamsala | 0 commentaire

Free Tibet, Free wifi.

Free Tibet, Free wifi.Bonjour à tous,
Comment va l’Europe?
Ne vous inquiétez pas, nous ne vous avons pas oublié, nous ne nous sommes pas perdus non plus…Nous avons juste eu un souci d’ordinateur qui ne nous a pas permis d’écrire des textes durant quelques jours…et en Inde se prolonge assez rapidement en semaines!
Voilà un mois que nous ...


Lire la suite

 
30/11/2012 | | 0 commentaire

Spectacle version Mariage!

Spectacle version Mariage!Nous voulions vous parler de nos spectacles dans les écoles où nous sommes toujours très bien accueillis mais après le weekend que l’on a passé nous ne pouvions pas ne pas vous raconter nos aventures…nous avons fait une exception à nos spectacles dans les écoles…nous avons joué dans un mariage! Et un mariage indien ... Lire la suite

 
30/01/2013 | bodnath kathmandu | 0 commentaire

L'hiver à Kathmandu

L'hiver à KathmanduEt bien, voici presque 2 mois que l'on n'a rien écrit par ici...On s'en excuse mais on était assez occupé...et bien oui pendant que vous avez fait vos cadeaux de Noël, que vous avez mijoté des petits plats d'hiver, que vous avez gloutonné chocolat, foie gras et bon vin rouge, que vous avez attendu la fin du monde avec impatience, que vous avez passé ... Lire la suite

 
31/01/2013 | Gorkha , nepal | 1 commentaire

Une journée en notre compagnie?!

Une journée en notre compagnie?!Hep toi, oui toi derrière ton écran , toi qui nous lis, ça te dit de venir en balade avec nous aujourd'hui? Tu es prêt(e)? Tu plonges dans ton ordinateur par le port usb et tu viens nous rejoindre! Allons-y!Alors là il est 7h30, nous ouvrons les rideaux de la chambre et nous découvrons que nous sommes au-dessus des nuages.... Lire la suite

 
01/03/2013 | | 0 commentaire

40h entre Népal et Inde

Nous voilà revenu en Inde. On a cherché un petit moment comment vous expliquez l'intensité du voyage et on s'est décidé à vous décrire notre passage à la frontière entre le Népal et l'Inde...voilà donc 40h entre la fin de notre voyage au Népal et le début de notre retour en Inde.... Lire la suite

Devenez Tripper !
Mes trips Carte de mes trips
Participer au forum
Mes photos

Mes amis (1 ami)
  • clems Dernière connexion : 14/11/2010
© 2017 Tripper-Tips.com | CGU | Pub | Contacts | Support | Partenaires |Tripper-Tips.com en page d'accueil